Tout savoir sur les bonus et malus de son assurance automobile

bonus malus

Dans le domaine de l’assurance automobile, les assureurs ont recours aux règles d’application d’un système de bonus-malus.

En quoi cela consiste-t-il ?

Ce système de bonus et malus est basé sur une cotisation de référence, à laquelle s’ajoutent des surprimes pour les véhicules concernés.

Le conducteur novice qui n’a encore jamais souscrit à une assurance auto se voit attribuer un coefficient de 1. La prime sera vouée à augmenter lorsque l’individu assuré deviendra responsable d’accidents. Dans le cas contraire, la prime devrait diminuer.

Il est possible d’obtenir un relevé d’information indiquant en quoi consiste son coefficient bonus-malus. Adressez-vous directement à votre assureur automobile pour obtenir cette information. Cela vous aidera à mieux comprendre les montants de vos primes.

Comment s’effectue le calcul du coefficient ?

Les coefficients de bonus et malus sont rattachés non pas au véhicule (sinistré ou non), mais à l’assuré. Lorsque celui-ci change de véhicule, voire même d’assureur, les coefficients s’avèrent entièrement transférés. Dans ce domaine, il n’y a malheureusement aucune chance d’échapper à son passé…

Les conducteurs au dossier ne comportant aucun sinistre (engageant leur responsabilité) se voient attribués une réduction de 5 % du coefficient.

Le calcul de la mise à jour du coefficient est obtenu en multipliant le chiffre de l’année précédente par 0,95. Le maximum d’années passées sans accident responsable a été plafonné à 13 ans, ce qui correspond à un coefficient de 0,50 et à un bonus de 50 % de réduction des primes.

Ce qui signifie qu’un conducteur nouvellement assuré, qui s’est fait attribuer une cotisation de référence de 100, lorsqu’il n’est impliqué dans aucun incident qu’il aurait lui-même provoqué pendant sa première année, devrait ne payer que 95 l’année subséquente. Saviez-vous que dans le domaine de l’assurance automobile, l’expression « année précédente » prend une toute autre connotation que celle que l’on connaît ? Elle désigne en effet les 12 mois précédant de 2 mois l’échéance d’un renouvellement de contrat d’assurance.

Quelques autres précisions

Si un automobiliste a joui d’un dossier irréprochable correspondant au bonus maximal de 50 % pendant un laps de temps d’au moins trois années, et qu’il survient un premier accident responsable, ce conducteur exemplaire ne subira aucune majoration.

Certains événements n’étant pas considérés comme des cas de force majeure conduisent néanmoins à l’application d’un malus. Par exemple, si un automobiliste entre en collision avec un animal sauvage tel qu’un cerf, l’assureur lui attribuera un malus. Celui-ci sera annulé après 2 ans consécutifs de bonne conduite sans accident : le coefficient retournera alors à 1.

Pour en savoir plus à propos de ce système, n’hésitez pas à consulter l’annuaire de notre site pour identifier les divers assureurs automobiles et leurs agents.

Pour en savoir plus

Articles en relation