Bien choisir son casque de moto

casque moto

Depuis 1973, le port du casque est obligatoire. Peu importe si vous êtes un débutant ou un motard expérimenté, choisir son casque est déterminant. Les variantes ne manquent pas : devant la multiplicité des produits disponibles sur le marché, il y a de quoi en perdre son latin ! Voici un aperçu des divers types de casques , équipement indispensable du motard.

Les diverses catégories

De toutes les catégories de casque de moto – jet, modulable, cross-over, replica, tout-terrain – laquelle vous correspond le mieux ?

Intégral pour une conduite routière sportive

Figurant parmi les modèles offrant la meilleure protection, le casque moto intégral comporte une mentonnière rigide interdépendante de la calotte. Pour un usage routier régulier, de même que pour la conduite sportive, ce type de casque fournit un niveau accru de sécurité, avec une protection plus adaptée aux vitesses plus élevées.

Cependant, cette sécurité augmentée se paie en termes de confort. L’intégral s’avère plus lourd et moins ventilé. Vous pourrez constater aisément par vous-même que pendant l’été, les jours de canicule, en milieu urbain, ce casque atteint ses limites…

Le jet très prisé des motards

Le très populaire casque jet convient aux utilisateurs de toutes les catégories de deux-roues. Confortable et léger, au prix abordable, il possède de nombreux atouts. Offert dans une gamme étendue de coloris et de finitions, de l’écran long au demi-jet extra-léger, le jet se démarque de tout ce qui se fait dans les autres catégories de produits.

Toutefois, il s’agirait du modèle conférant le moins de protection.

Le cross-over convient au citadin chic

De la polyvalence, le cross-over n’en manque pas ! Avec son champ de vision extra large, il confère un certain niveau de confort, et s’adapte aux journées chaudes en raison d’une mentonnière amovible. En termes de protection, il s’apparente au jet.

S’il comporte la mention « NP » ou « J », cela signifie qu’il n’est pas sécuritaire.

D’autres casques et paramètres à considérer

Il y a de nombreux autres casques à explorer : le casque dit modulable, le casque aventure, le casque tout-terrain, et le casque replica.

Puisqu’il est obligatoire de se doter d’un produit homologué, postez attention à l’étiquette cousue sur le revêtement intérieur. Il en existe de couleur verte, correspondant à l’homologation NF S72.305, alors que d’autres sont de couleur blanche, pour l’homologation européenne 22-50.

Vous apercevrez la lettre « E », suivie du chiffre indiquant le pays d’homologation. La France arrive en 2e position. Ensuite, d’autres lettres vous renseignent sur le type d’homologation : « J » pour jet, et « P » pour intégral.

Choisir la bonne taille est crucial. Une erreur commise par une majorité de motards est d’acheter une talle trop grande. Cela s’explique par le fait qu’à l’essai, le tout semble bien ajusté, alors que les mousses se tassent, et qu’au bout de quelque temps, celui-ci se met à bouger. Assurez-vous qu’à l’essayage, il soit serré partout, même sur les joues. Trop petit, vous risquez d’avoir mal… et de vous arracher les oreilles !

Usagé ou neuf ?

Vous n’aurez pas longtemps à débattre de cette question, car il ne peut en être autrement qu’un casque de moto neuf. Cela ne se prête pas, puisque les mousses intérieures du produit s’ajusteront à la morphologie particulière et unique d’un usager.

Après une chute – si vous le laissez tomber par terre, ou si vous avez un accident – le casque doit être remplacé.

La visière ne devrait comporter aucune rayure pour une acuité visuelle optimale. Les visières fumées sont interdites, car elles compromettent la vision lors de la conduite de nuit.

 

Pour obtenir des conseils de professionnels concernant l’équipement d’un motard, référez-vous à l’annuaire de notre site.

Pour en savoir plus

Articles en relation